Par Adrienne Rey

 

A Berlin, la matinée a débuté au dernier étage de la Tour Total, siège social allemand de la compagnie pétrolière, par la visite d’une exposition permanente consacrée aux énergies. En compagnie de Beate Ellrich, responsable de la communication institutionnelle, une discussion s’engage sur la mobilité professionnelle et les possibilités de carrières au sein des grandes entreprises de France et d’Allemagne.

 

Elle est bientôt rejointe par deux employées françaises du groupe qui nous relatent leurs parcours, illustrant, non sans humour, les différences de gestion et d’organisation de part et d’autre du Rhin. Grâce à leurs témoignages, certains jeunes découvrent le VIE, ce volontariat international en entreprise, ouvert à tous les ressortissants européens, permettant d’occuper, pour une durée déterminée, un emploi à l’étranger.

 

Durant la pause déjeuner, les trois ambassadrices de la journée : Nora Schuches,  Emilie Aubry et Mara Okulla font une présentation de l’Office franco-allemand pour la jeunesse (OFAJ), à travers ses initiatives, projets et ses nombreuses implantations sur les deux territoires.

 

Discussions autour des grandes échéances électorales

 

L’après-midi, nous avons rendez-vous à l’ambassade de France, située sur la Pariser Platz, à deux pas de la porte de Brandenburg. Nous y sommes accueillis par Fanette Bossuyt, chargée de mission pédagogique. Elle nous fait découvrir le bâtiment, emblème du rayonnement culturel français, où l’architecture originale de Christian de Portzamparc fait la part belle aux oeuvres d’art. La visite nous conduit à travers les nombreux étages, dans les salles de réception, jusqu’au bureau de l’ambassadeur, avant de se terminer dans l’ancien cinéma reconverti en salle de conférence.

 

La journée se conclut par une rencontre dans les bureaux de l’OFAJ, dans le quartier de Mitte, avec la journaliste Hélène Kohl, habitant à Berlin depuis de nombreuses années et qui travaille aujourd’hui, entre autres, pour Europe 1. La conversation tourne vite autour des grandes échéances électorales de mai pour la France, de septembre pour l’Allemagne et les différences de traitement médiatique  propres à chacun de ces deux pays.

 

Explorer les richesses de la relation franco-allemande

 

Dans le cadre de cette journée consacrée à l’amitié et à la collaboration franco-allemande,  plus de 130 projets  ont été présentés dans les deux pays. A Munich par exemple, les participants ont pu se rendre au consulat français de la ville, avant de visiter les bureaux de l’AFP ainsi que la chancellerie de Bavière.

 

Cette  journée-événement a permis de renforcer et d’explorer les richesses de la relation franco-allemande dont la portée va aujourd’hui bien au-delà la simple coopération professionnelle. Un constat partagé par les  les deux secrétaires généraux de l’OFAJ, Beatrice Angrand et Markus Ingenlath : « L’amitié franco-allemande ne dépend déjà plus depuis longtemps des seules considérations politiques ou de la conjoncture économique, mais est devenue une réalité quotidienne des jeunes allemands et des jeunes français ».

Par Redaktion ParisBerlin le 26 janvier 2017