Par Manon Le Hir

 

 

Organisé par la fondation Genshagen (Berlin) et la Villat Gillet (Lyon), le prix franco-allemand de la littérature contemporaine récompense depuis six ans un(e) auteur de chaque pays, choisi par un jury franco allemand et qui verra son oeuvre traduite dans la langue voisine. Le prix Franz Hessel, en hommage à l’écrivain allemand a été remis ce lundi 9 février dans les locaux de la Commerzbank à Berlin à Christine Montalbetti pour son oeuvre « Plus rien que les vagues et le vent » (P.O.L. 2014) et à Esther Kinsky, pour son roman « Am Fuß » (Matthes & Seitz Berlin, 2014) par la ministre de la culture et de la communication française, Fleur Pellerin, et la déléguée du Gouvernement fédéral allemand à la culture et aux médias Monika Grütters.

 

 Dans « Plus rien que les vagues et le vent », la lauréate française nous emmène à Canon Beach, où l’océan déchainé repousse les touristes de l’été et force les motels à fermer. Le narrateur y vit sa vie, fait des rencontres, et partage avec nous l’atmosphère de ce petit bar, celui où il va tous les soirs. L’eau joue un rôle important dans le roman d’Esther Kinsky aussi, où le fleuve est présenté comme élément central de l’histoire, qui guide les personnages et les apaise.Deux romans mettant en scène l’Homme et la nature, qui seront bientôt disponibles de part et d’autre du Rhin. 

Par Rédaction ParisBerlin le 19 février 2015