La situation de l’emploi s’améliore dans toute l’Union, pour les 20-64 ans. Leur taux d’emploi a, en effet, atteint un nouveau pic en 2017 à 72,2% en moyenne européenne contre 71,1% en 2016. L’objectif de la stratégie Europe 2020 de parvenir à un taux d’emploi d’au moins 75% d’ici 2020 semble donc d’autant plus réaliste que neuf Etats membres l’ont déjà atteint, indique une étude d’Eurostat, l’office statistique européen.

Ces taux d’emploi supérieurs à 75% ont été enregistrés en Suède ( 81,8% ), en Allemagne ( 79,2% ), en Estonie ( 78,7% ), en République tchèque ( 78,5% ), au Royaume-Uni ( 78,2%), aux Pays-Bas ( 78% ), au Danemark (76,9% ), en Lituanie ( 76% ) et en Autriche ( 75,4% ). En France, il était de 70,6% en 2017 contre 70% en 2016. Les taux d’emploi les plus faibles l’an dernier ont été relevés en Grèce ( 57,8% ), en Italie ( 62,3% ), en Croatie ( 63,6% ) et en Espagne ( 65,6% ).

Les taux d’emploi des femmes et des hommes ont continué à varier considérablement dans de nombreux Etats membres en 2017. L’écart entre les taux d’emploi des femmes et des hommes âgés de 20 à 64 ans était le plus faible en Lituanie ( 75,5% pour les femmes contre 76,5% pour les hommes soit un écart de 1%. Cet écart ne dépassait pas 3,5% en Finlande, 4% en Suède et 4,3% en Lettonie. A l’autre extrémité de l’échelle, l’écart le plus important a été observé à Malte ( 26,1% ) en Italie ( 19,8% ) et en Grèce ( 19,7% ). En moyenne européenne, l’écart entre le taux d’emploi des femmes en 2017 ( 66,5% ) et celui des hommes ( 78% ) âgés de 20 à 64 ans était de 11,5%.

Le taux d’emploi des 55-64 ans a augmenté régulièrement dans l’Union pour passer de 38,4% en 2002 à 57,1% en 2017, son niveau historique le plus haut. La croissance a été plus forte chez les femmes ( de 29,1% en 2002 à 50,9% en 2017 ) que chez les hommes ( de 48,2% en 2002 à 63?7% en 2017 ). Ainsi l’écart entre le taux d’emploi des femmes et celui des hommes de 55 à 64 ans s’est réduit passant de 19,1% en 2001 à 12,8% en 2017.

Le taux d’emploi des jeunes âgés de moins de 25 ans reste, quant à lui, plus préoccupant. En février 2018, 3,589 millions de jeunes étaient privés d’emploi dont 2,520 millions dans la zone euro. En un an, ce nombre a diminué de 314 000. Le taux de chômage des jeunes s’est ainsi établi à 15,9% pour l’ensemble de l’Union et à 17,7% dans la zone euro en février 2018, contre respectivement 17,3% et 19,4% en février 2017.

Par Redaktion ParisBerlin le 23 avril 2018