Par Sophia Andreotti

 

1974, Berlin-Ouest. Lauren Faber (Sofia Helin) jongle entre son métier d’analyste pour les services secrets britanniques et son quotidien de mère célibataire. Du haut de ses 40 ans, elle est encore séduisante malgré son allure stricte et ses tailleurs à la coupe peu flatteuse. Rien ne condamne cette grande blonde à la solitude dans laquelle elle s’est enfermée. Derrière ses sourires tristes et ses grands yeux mélancoliques, on devine cependant les chagrins passés, les espoirs déçus et le poids du quotidien. Son fils Emil (Jascha Rust) est un ado survolté. Colérique et paresseux, il fume, boit et tapisse les murs de sa chambre de photos des membres de la Rote Armee Fraktion. Lauren n’a aucune prise sur le jeune homme qui prend un malin plaisir à la maltraiter. Si l’on excepte sa jeune collègue et amie, Sabine (Friederike Becht) à qui elle confie régulièrement ses problèmes, elle paraît bien seule et isolée.

 

1974, Berlin-Est. Lars Weber (Tom Schilling) est un jeune agent de la Stasi, la police secrète allemande. 25 ans, sensible et plutôt beau garçon, il vient de terminer sa formation et semble un élément des plus prometteurs. Ses supérieurs l’ont choisi pour une mission spéciale à Berlin-Ouest. Sous une fausse identité, Lars va devoir séduire Lauren dans le but de lui soutirer des informations classées secret défense. Cette mission exceptionnelle fait la fierté de son père Gregor (Jörg Schüttauf), fidèle partisan du régime soviétique qui s’est occupé seul de son éducation. Le jeune homme sait en effet peu de choses de sa mère et de sa soeur qui ont péri dans un accident alors qu’il était enfant. Le jeune homme parviendra-t-il à mener sa mission à bien, séduire l’impénétrable Lauren tout en résistant aux sirènes de la liberté et du confort matériel de l’Ouest ?

 

Après le succès du film « La Vie des autres » ou de la série « Deutschland 83« , on pensait le sujet épuisé. Mais les créateurs de scénarios d’espionnage prenant pour décor l’Allemagne divisée n’ont pas dit leur dernier mot. La deuxième chaîne allemande ZDF remet le couvert avec sa nouvelle mini-série « Der gleiche Himmel » (« le même ciel » en français) et s’inspire cette fois-ci de la thématique des « agents Roméo de la Stasi » (Romeo-Agenten). Dès la fin des années 1960, les services secrets de la RDA ont formé et missionné plusieurs dizaines d’agents masculins en Allemagne de l’Ouest afin de séduire des jeunes femmes dans le but de collecter des informations secrètes. Généralement, celles-ci travaillaient comme secrétaires de direction pour la République fédérale ou l’OTAN et avaient accès à des données hautement sensibles. Pour l’anecdote, ces agents ont eu leurs équivalents féminins, surnommées les « pièges Vénus » (Venus-Falle).

 

Pattes d’éph’, blousons en cuir et chemises à col long ou encore mobilier en bakélite et papier peint rose saumon, cette mini-série en trois épisodes joue sur l' »Ostalgie » avec ses costumes et ses décors au kitsch savoureux. Elle est surtout portée de bout en bout par le charismatique Tom Schilling qui était déjà excellent dans la série allemande « Unsere Mütter, unsere Väter » (2013, ZDF). Il faut l’avouer, on prend un malin plaisir à le voir user de ses charmes et l’étau se resserrer doucement autour de sa victime – même si l’on regrette les dialogues un peu convenus, les scènes superflues et la farandole de clichés sexistes dont on ne sait pas trop s’il faut les prendre au premier ou au second degré (« Les femmes sont différentes des hommes. Chez elles, la logique ne joue aucun rôle. Tout se joue dans les émotions. », « Un contact visuel soutenu crée une profonde excitation sexuelle chez la femme. »). Rien pour stopper toutefois le rouleau compresseur des producteurs de la série qui affiche un casting prestigieux (la Britannique Paula Milne (« The Virgin Queen ») au scénario et l’Allemand Oliver Hirschbiegel (« La Chute ») à la réalisation). « Der gleiche Himmel » a bénéficié d’une large couverture médiatique outre-Rhin et d’une projection en avant-première lors de la dernière Berlinale. Le pari est réussi pour la ZDF : la série qui a réuni au moins 4 millions de téléspectateurs à chaque diffusion a déjà été achetée par une centaine de pays et on parle déjà d’une deuxième saison.

 

En Allemagne, il est possible de voir la série gratuitement en replay sur la ZDFmediathek (Chaque épisode dure 92 minutes).

 

En France, on peut découvrir la série sur SFR Play. Elle sera également diffusée sur France 3, la date de diffusion reste encore indéterminée.

 

Bande-annonce (sous-titrée en anglais) : https://youtu.be/jQ6icAAqPAs

Par Redaktion ParisBerlin le 12 avril 2017