Par Sophia Andreotti

 

Astrid (Julia Jentsch) et Markus (Bjarne Mädel) forment un couple soudé. Elle est une comédienne de stand-up à succès. Elle monte sur scène et fait le show en talons hauts et robe à paillettes, tandis que lui s’occupe de gérer sa carrière et son image. Ensemble, ils ont une petite fille de 9 ans et attendent avec impatience leur deuxième enfant. Mais le destin va venir bousculer cette tranquille harmonie familiale. Le bébé à venir est atteint de trisomie 21. Une épreuve pour Astrid et Markus qui décident de relever le défi et de garder l’enfant. Mais quand un deuxième diagnostique révèle une grave anomalie au coeur, leur enthousiasme retombe. Le nouveau-né devra subir une série de lourdes opérations et ne pourra jamais vivre normalement. Au fur et à mesure que son ventre s’arrondit, Astrid perd espoir et n’entrevoit qu’une seule issue positive pour elle, sa carrière, sa famille, son couple. Peu importe les nombreuses discussions et altercations au sein du couple, cette décision, c’est Astrid seule qui peut et doit la prendre : la jeune femme subira un « avortement tardif » au cours de sa 24ème semaine de grossesse.

Vrais professionnels, faux acteurs

Pour jouer dans son film, 24 Wochen, présenté en compétition du 66ème Festival du Film International de Berlin, Anne Zohra Berrached a recruté des acteurs non professionnels, des médecins, des experts et des sages-femmes aux côtés de ses rôles titres. Son objectif ? Proposer un film qui soit le plus proche possible de la réalité. De fait, tout paraît vraisemblable dans cet émouvant long-métrage qui s’attaque à un sujet délicat encore jamais porté à l’écran. La réalisatrice de « Zwei Mütter » (Deux mères), sélectionné en 2013 dans la section « Perspektive Deutsches Kino » de la Berlinale et qui racontait le combat d’un couple de lesbiennes pour devenir mères, aborde de nouveau le sujet de la maternité et place son héroïne face à un conflit moral qui la mettra devant ses contradictions, entre convictions féministes, sens moral et quête du bonheur. Car 24 Wochen est avant tout un intense portrait de femme : une femme moderne, indépendante, qui revendique le droit de décider pour elle-même. Du propre aveu de sa réalisatrice, le film doit faire réfléchir et permettre de libérer la parole sur l’interruption volontaire de grossesse tardive. Mi-février, Anne Zohra Berrached expliquait au magazine en ligne Spiegel online : « Les femmes ont obtenu de longue date le droit de disposer de leur propre corps. C’est très bien. Mais les dernières avancées de la médecine moderne peuvent nous mettre face à des décisions complexes. Nous ne devons pas seulement nous intéresser à ce qui est possible techniquement, mais aussi à ce que nous voulons vraiment. »

24 Wochen © Friede Clausz/zero one film

24 Wochen
Anne Zohra Berrached
avec Julia Jentsch et Bjarne Mädel
Sortie dans les cinémas allemands le 14 février

Par Redaktion ParisBerlin le 22 février 2016